Présentation de Jésus au temple – Homélie Père MF 02/02/17

La Présentation de l’Enfant Jésus au Temple et la purification de Marie

L’Eglise nous invite, en la fête de la Présentation du Seigneur, à accueillir le Christ qui vient à notre rencontre. Cet évènement est décrit dans ses moindres détails dans l’Evangile de saint Luc.  Le vieux Siméon, sûr de la promesse qu’il a reçue, reconnaît Jésus et le salut qu’il apporte. Il accueille avec jubilation l’accomplissement de ce qu’il a attendu toute sa vie, la promesse du salut dans sa propre existence et pour tous les peuples : « Seigneur, laisse maintenant ton serviteur s’en aller en paix
selon ta parole parce que mes yeux ont vu ton salut que tu as préparé devant tous les peuples, lumière pour éclairer les nations et gloire d’Israël ton peuple. »

La prophétesse Anne, désormais avancée en âge, qui avait passé elle aussi presque toute sa vie en prières et pénitences, reconnaît Jésus et sait parler de lui à ceux qui l’attendent. Anne et Siméon, à la différence de beaucoup d’autres, comprennent que cet enfant est le Messie parce que leurs yeux sont purs, leur foi est simple et parce que, vivant dans la prière et l’adhésion à la volonté de Dieu, ils ont obtenu la possibilité de reconnaître l’accomplissement de la Promesse, la venue du Rédempteur.

Comment ne pas rester émerveillé devant la figure du vieux Siméon ! Il vivait sur la terre, il mangeait, travaillait, parlait, affrontait les difficultés de la vie, avec une seule attente : voir le Sauveur. Il ne vivait pas isolé du monde, il aimait les siens, avait sans doute des amis, mais toutes ses affections, tout ce qui remplissait sa vie était vécu dans une attente stable et, ainsi, lorsqu’il a rencontré le Christ qu’il attendait, il a demandé au Seigneur de mourir.

Chaque année nous lisons ce récit de la Purification dans Saint Luc, mais pour chacun de nous cette grâce de rencontrer le Seigneur nous est présentée non pas une unique fois, mais à chaque messe, où se renouvelle tout le mystère de la Rédemption, toute la vie du Christ, sa naissance, sa Passion, sa Résurrection et son Ascension au Ciel. Cependant, pour pouvoir être prêt pour la rencontre avec le Seigneur et redire avec Siméon : « Seigneur, laisse maintenant ton serviteur s’en aller en paix selon ta parole », il faut que l’attente de Siméon pénètre totalement notre vie et ainsi tout ce que nous vivrons, que ce soit en travaillant, en mangeant, en parlant avec des amis, sera sanctifié par cette attente.

La promesse que Dieu avait faite à ce prophète qu’il ne mourrait pas sans avoir vu le Seigneur vaut également pour chacun de nous. Si notre rencontre avec le Christ est l’unique finalité de notre vie, alors rien d’autre au monde ne pourra se substituer à cette richesse. En une certaine manière, notre rencontre avec le Seigneur est déjà une mort au monde, en ce sens que l’on n’a plus besoin du monde. Si nous avons vu le Seigneur, il n’y a plus de raison d’être triste. Je n’ai pas besoin d’attendre de finir de construire ma maison, d’avoir ma nouvelle voiture, de finir mon travail pour être heureux puisque tout ce que j’accomplis, toutes les joies, toutes les épreuves, les tristesses et toutes les souffrances que je rencontre je les vis en participant à l’œuvre de notre Sauveur Jésus-Christ : le salut des âmes.

Un autre témoignage et enseignement nous est donné dans cette fête par l’humble figure de la Sainte Vierge qui va au Temple pour accomplir la Loi. Tout au long des siècles ont été écrits beaucoup de livres sur la signification de sa purification au Temple. Avant de pouvoir en donner l’explication, nous ne pouvons pas rester indifférent à sa discrétion ni à l’humilité dont la très Sainte Vierge Marie fait montre en allant docilement accomplir la Loi. La Sainte Vierge a accompli tous les rites de l’Ancien Testament et nous ne pouvons pas, par notre intellect, en donner le sens profond mais tout ce qu’elle a réalisé était nécessaire dans l’économie du Salut. Tout ce qu’elle a accompli, elle l’a accompli comme Mère du genre humain, en vue de la Rédemption. Tous les actes de purifications de l’ancienne Alliance en vue de la venue du Sauveur sont offerts au Seigneur par l’intermédiaire de la Sainte Vierge.

Elle a entendu la prophétie de Siméon : « Et toi, une épée transpercera ton âme ». Le récit de saint Luc ne dit pas que Marie a prononcé des paroles, mais à ce moment-là, sans hésiter, par son adhésion totale à la Volonté de Dieu, elle a accepté tout le mystère de cette douleur. La mère du Sauveur est la mère du genre humain et elle a souffert toute la souffrance du Christ dans sa Passion pour engendrer les âmes à la vie nouvelle. Nous qui sommes pécheurs, nous comprenons que nous avons des raisons précises de porter notre croix et que, chaque jour, nous devons nous purifier. Tous les rites, les offrandes de l’Ancien Testaments ont été réalisés totalement par le Christ, et c’est par la participation à la vie, à la Passion et la Résurrection du Christ que nous pouvons nous purifier. La purification de la Vierge Marie, c’est le commencement de sa participation maternelle à notre purification.

L’enseignement de la Sainte Vierge est peut-être difficile à suivre mais elle est l’exemple parfait. Quand nous sommes donnés totalement, la souffrance ne fait pas perdre la paix, la confiance, même au milieu des épreuves intérieures, même lorsque nous sommes en butte à l’hostilité du monde, parce que nous n’appartenons plus au monde puisque tout notre être est au Seigneur ; et alors nous vivons avec le bonheur constant d’appartenir au Seigneur et de pouvoir aimer avec Lui.

Ce n’est donc pas par hasard que cette fête est dédiée à la Vie consacrée. Les deux anciens prophètes reflètent dans leur longue vie l’attente des âmes saintes sur cette terre, des âmes qui veulent vivre constamment détachées de ce monde et en intimité avec le Christ, pour aimer avec Lui. Tous les baptisés sont appelés à l’offrande d’eux-mêmes dans la vie de prière et dans la participation personnelle à l’offrande eucharistique. Ceux qui sont consacrés sont une référence pour tous les chrétiens. Avec le détachement des biens et des idoles du monde, avec la soumission à la volonté de Dieu à travers l’obéissance, avec une chasteté qui permet de tenir le cœur, l’âme et le corps centrés sur Dieu seul, les consacrés témoignent, non seulement pour les non chrétiens, mais aussi pour les autres fidèles, que l’on peut vivre pour le Seigneur et de sa grâce, en cherchant seulement le Royaume de Dieu. La vie consacrée c’est l’appel à suivre le Christ dans l’offrande de soi-même jusqu’au renoncement total et en quelque sorte jusqu’au martyre, c’est-à-dire jusqu’à donner sa vie pour sauver les âmes.

Pour cheminer vers la sainteté dont le modèle est la Sainte Vierge, il faut donc s’efforcer de s’offrir et cela signifie accepter de se purifier chaque jour et à chaque instant. Tout ce que je peux offrir je l’accepte, et tout ce qui n’est pas digne d’être offert je l’abandonne. Ainsi je rentre peu à peu dans l’offrande et la purification de la Vierge Marie, et le désir du Ciel se fait toujours plus intense dans mon âme, avec une soif tout aussi importante de m’unir au Sacrifice du Christ, de m’offrir pour le salut des âmes. 

Père MF des SP

Comments are closed.